l’Association

 L’association sans but lucratif “Statio Romana”

Passionné de paléontologie et d’histoire locale, Philippe DEKEGEL croise, en 1969, le chemin de Louis LAURENT, un passionné d’archéologie préhistorique.

 C’est cette rencontre qui marque le point de départ de la grande aventure, les acteurs sont en place et à la recherche de sites intéressants.

Déconcerté par ses échecs en matière de chasse et de pêche, Philippe DEKEGEL reçoit l’ouvrage du Rd. P. S. GOOVAERTS « Waudrez, l’ancien Vodgoriacum des Romains ». Un « prix de consolation » qui amènera rapidement nos deux protagonistes à consacrer leurs moindres loisirs au village de Waudrez.

Le « Club de Recherches archéologiques du domaine de Clerfayt sur Bruille » voit ainsi le jour.

Entourés bientôt par quelques amis et connaissances, leur action se concrétise, dès 1970, au cœur du Domaine de Clerfayt, autour du Château des Pères Blancs à Waudrez.

L’été 1970 voit ainsi un premier camp de fouilles archéologiques, consacré à la Chapelle Saint-Nicolas, et regroupant une quinzaine de jeunes.

De 1972 à 1974, ces passionnés d’archéologie s’initient aux particularités des vestiges médiévaux à la Chapelle Notre-Dame-au-Puits, de Trivières.

Le succès de leurs recherches permet d’envisager sereinement leur avenir.

Les activités commencent à se développer et le club est reconnu comme « Cercle d’Education Populaire par la Province du Hainaut ; et, en 1975, suite au
6ème camp de fouilles, le club est reconnu comme « Organisation Locale d’Education  Permanente » par le Ministère de la Communauté Française et comme
« Cercle d’Archéologie » par la Province du Hainaut.

                En 1976 et 1977, les traditionnels camps de fouilles, organisés en août, sont consacrés au site des Castellains, à Fontaine-Valmont, sous la responsabilité scientifique de Madame FAIDER, Conservatrice Honoraire du Musée de Mariemont ; ils deviennent de véritables « séminaires d’archéologie ».

Outre le travail pratique sur le chantier de fouilles, les participants reçoivent des cours d’initiation à l’archéologie et aux activités connexes.

C’est aussi à Fontaine-Valmont que Franz ANSIEAU fait sa joyeuse entrée au sein du club. Ingénieur confirmé, il deviendra responsable de l’indispensable
logistique qui accompagnera toutes les campagnes de fouilles et toutes les actions de l’association.

En 1977, le club se constitue en ASBL et prend le nom de « Cercle Archéologique de Waudrez ».

L’association concentre ses activités à la mise en valeur du site gallo-romain « Vodgoriacum », à Waudrez, et commence la fouille systématique du site sous la responsabilité scientifique de Philippe DEKEGEL.

Dès 1978, un premier stage d’initiation à l’archéologie y est consacré : un bâtiment carré de 5 mètres sur 5 est dégagé et la position antique de la chaussée romaine
est définie.

Ce premier stage d’archéologie deviendra au fil des années un véritable « séminaire international d’archéologie ».

Réunissant chaque année une trentaine de jeunes amateurs d’archéologie, pendant environ 15 jours en août, ce séminaire leur permettait d’acquérir quelques notions théoriques d’archéologie, de techniques de fouilles et de travaux de laboratoires, tout en participant activement à ces activités. Pendant le camp, des activités culturelles et de détente étaient également organisées (conférence, excursion, feux de camp…) et chacun prenait part aux différentes tâches inhérentes à la « vie du camp » (cuisine, entretien, logement sous tente, …).

Ces séminaires consacrés au site gallo-romain seront organisés pendant de très nombreuses années ; ils seront aussi parfois complétés par un séminaire essentiellement consacré au laboratoire de céramologie, en juillet.

Cette même année 1978 voit l’importance du Cercle Archéologique s’accroître par des expositions, la création d’un bulletin trimestriel d’information.                           

Une « Porte Ouverte » est organisée et permet aux nombreux visiteurs d’apprécier la qualité du travail déployé et de prendre conscience de la nécessité d’une mise en valeur de ce patrimoine archéologique.

En 1978, la Ville de Binche met à la disposition de l’association un petit bâtiment à la rue de Clerfayt.                                                                                    
 

Des laboratoires de céramologie et de traitement des métaux voient le jour. C’est dans ces locaux que l’association inaugure en 1980 un premier musée consacré au matériel archéologique découvert à Waudrez.

A partir de 1979, par l’intermédiaire de l’Office National de l’Emploi, du personnel est engagé.

Bien que les noms des programmes d’aide à l’emploi et les modes de subventions aient été quelquefois modifiés ou réactualisés, à ce jour, l’association occupe toujours du personnel.

Le 28 août 1980, à Comines, Philippe DEKEGEL présente une première communication sur le thème « Le vicus romain de Waudrez-Vodgoriacum » au 1er Congrès de l’Association des Cercles Francophones d’Histoire et d’Archéologie de Belgique.

En 1981, le Centre d’Archéologie bénéficie d’une donation de Léon DURANT : une ancienne fermette idéalement située au cœur même du vicus.

Le corps de bâtiment et ses annexes sont hélas dans un état de vétusté très avancé. Ne disposant au départ que de quelques pièces, l’association entreprend une lente mais complète restauration.

Des aménagements d’envergure eu égard de l’importance des travaux à réaliser, des moyens financiers très limités, du peu de subsides reçus et tributaires de la disponibilité des bénévoles de l’association.
                                   
 

En 1981, les Membres du Cercle Archéologique effectuent la fouille du puits de la Chapelle Notre-Dame-au-Puits à Trivières ; poteries, fers, bronzes, …
sont mis à jour.

De 1979 à 1982, à Waudrez, c’est un vaste bâtiment romain comprenant installation de bains et chauffage qui est dégagé.

De 1983 à 1985, l’association se consacre à la fouille d’un puits romain de 14 mètres de profondeur et de 3 mètres de diamètre et comprenant un matériel considérable.

Parmi toutes les découvertes, notons un petit bloc de calcaire avec un graffiti représentant un enfant, qui prendra le nom de « KIK » et deviendra le symbole de l’association.

Bien qu’occupée à la fouille du puits, l’équipe active réalise, en 1984, une fouille de sauvetage de huit tombes à incinération.

C’est en 1983 que paraît également la publication « Trouvailles anciennes provenant du vicus de Waudrez ».

En septembre 1983, le Centre organise, avec la collaboration du Lions Club de Binche, une opération de grande envergure : le défilé de l’armée romaine, la « XXème Légion Victoria Victrix » en provenance directe de Brittania et accompagnée de tout son matériel militaire.

En 1985, le Centre revient sur la parcelle commencée en 1982 et poursuit le dégagement du vaste bâtiment comprenant notamment une cave romaine.

          Les différentes campagnes de fouilles permettent à l’association d’étendre sa notoriété au niveau national et international ; des Français, Italiens, Québécois, Danois… participent aux activités axées sur le développement du loisir scientifique.

               L’année 1987 est très chargée : le Cercle Archéologique de Waudrez modifie son appellation et devient, dès janvier, le Centre d’Archéologie et de Loisirs Scientifiques (C.A.L.S.).

          Le 9 mai 1987 a lieu l’inauguration officielle du Musée Gallo-Romain le long de la Chaussée romaine, au cœur même du vicus de Waudrez. Une première salle de Musée met en valeur les nombreuses découvertes du site de Vodgoriacum : plusieurs vitrines consacrées aux céramiques, sigillées, objets en bronze, monnaies,…, reconstitution d’une tombe à incinération et d’une toiture. Un laboratoire de céramologie y est installé; à la fois salle d’exposition et de restauration du matériel céramique.   

                Dès lors, l’association met au point, pour les groupes scolaires et divers, une visite guidée comprenant le chantier de fouilles, le laboratoire de céramologie et le Musée Gallo-Romain.

          En juillet, les contacts avec le Québec s’étant intensifiés, six Membres du Centre d’Archéologie participent à un stage d’un mois au Québec, dans la région du Bas Saint-Laurent. Le 14 juillet, à l’Isle Verte, le Centre d’Archéologie et de Loisirs Scientifiques de Waudrez est jumelé avec le Centre du Loisir Scientifique et Technique de la Francophonie au Québec.

                Cette même année 1987, soucieux de sensibiliser un plus vaste public à la sauvegarde du patrimoine, le Centre participe davantage aux expositions extérieures : au 1er Salon des Vacances et Loisirs de La Louvière, à l’exposition « Exploration et étude des reliefs karstiques », à La Louvière, …

          En 1987 et 1988, le Centre d’Archéologie participe à l’exposition réalisée par la Fédération des Archéologues de Wallonie intitulée « L’Archéologie en Wallonie ».

          En 1988, l’exposition « Reflets Touristiques du Centre » réalisée par le Centre d’Archéologie en collaboration avec l’association PACTE (Promotion et Action pour un Centre Touristique Européen) met en valeur les nombreux attraits touristiques des 12 entités de la Région du Centre. Inaugurée au Musée de Waudrez, elle sera présentée dans diverses villes de la Région du Centre.

          1988 est également l’année du premier « Banquet gallo-romain », avec participants déguisés en gaulois ou en romain, qui prolonge la traditionnelle « Journée porte ouverte » organisée durant la campagne de fouilles du mois d’août.

               En 1989, à l’occasion du 20ème anniversaire de l’association, les « Produits du Vodgoriacum » se font connaître : la cervoise, le fromage affiné à la cervoise, …

          Et, en août 1989, le Centre d’Archéologie obtient, à sa demande, le classement du site du Vodgoriacum. L’association atteint un de ses buts : la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine archéologique régional.

               Début 1990, suite au décès de notre généreux donateur Léon DURANT, le Centre d’Archéologie peut disposer de l’entièreté des bâtiment. L’état de délabrement des pièces jusqu’alors inoccupées nécessite à nouveau une attention particulière des bénévoles de l’association. Au rez-de-chaussée, outre la salle de Musée existante, l’association envisage d’ouvrir au public une salle d’accueil, une autre salle d’exposition et une salle de projection et, au premier étage, les laboratoires de céramologie et de traitement des métaux transférés de Clerfayt. Le bureau administratif et la bibliothèque, aussi à l’étage, seront opérationnels dès le courant de l’année 1992.

          En septembre 1990, le Musée participe pour la première fois à la « Journée du Patrimoine » organisée par la Communauté Française de Belgique.

          Dès 1990, l’ASBL s’implique dans le vaste projet INTERREG, relatif aux régions transfrontalières, et dénommé « Brunehault ». Ainsi le vaste projet de mise en valeur de la « Statio Romana » est proposé parmi les programmes de la Ville de Binche.

          En collaboration avec Bavay, l’ASBL introduira également divers projets dans les programmes INTERREG suivants ; malgré la bonne volonté de l’association, ces projets resteront malheureusement sans suite.

               Mais l’association ne baisse pas les bras, en 1994 elle prend définitivement le nom de « asbl  STATIO ROMANA » et articule son grand projet d’avenir autour de trois grands axes :

–       le Musée Gallo-Romain

–       le Centre Archéologique de Waudrez

–       le Centre d’Interprétation de la Chaussée Romaine.

          Pour fêter ses « 25 années d’activités », une exposition composée de photographies, articles de journaux, etc… et accompagnée d’un catalogue, est organisée au Musée. Le vernissage a lieu le 6 mai 1994 parmi un large public.

          L’association présente son nouveau sigle  et choisit pour ce faire l’objet le plus original, le plus étonnant et qui à ce jour reste la découverte la plus caractéristique du site du Vodgoriacum : l e « KIK ». Ce moellon en calcaire gravé d’un petit personnage a été trouvé à 12 m de profondeur dans le puits romain découvert en 1982. Dénommé « KIK », il restera, après 2.000 ans, l’expression de l’accueil souriant de la STATIO ROMANA.

          Dans la foulée du programme d’aide aux régions INTERREG de 1990, réunissant Waudrez et Bavay, l’association internationale sans but lucratif « VIA ROMANA » est présentée pour la première fois lors d’une conférence de presse à Bavay, en 1994. L’association internationale sans but lucratif « VIA ROMANA »est une émanation de l’ASBL STATIO ROMANA, elle est constituée et reconnue par Arrêté Royal le 14 septembre 1995. (voir site www.viaromana.org)

          Sur une idée originale de Philippe DEKEGEL, faisant suite à sa découverte des « centre d’interprétation » lors de sa mission au Québec en juillet 1984, la STATIO ROMANA, conjointement à la VIA ROMANA, inaugure ainsi le 13 août 1995 une exposition permanente consacrée à « La Chaussée Romaine ». Provisoirement installée dans une salle du Musée Gallo-Romain, cette exposition est le point de départ, la « table des matières »du « CENTRE D’INTERPRETATION DE LA CHAUSSEE ROMAINE ».                                                                                                  

          Ce même jour, la XXIIème légion romaine « AVE BAGACUM » entreprend la reconstitution de l’antique « journée d’étape » entre Bavay et Waudrez, à pied et en costume d’époque, avec passage à Havay, Givry, Estinnes et arrivée au Musée de Waudrez. La XXIIème légion devenue « LEG XXII PRIMIGENIA » est, depuis 1995, présente chaque année à Waudrez lors de nos traditionnelles fêtes romaines.

               En 1996, outre le Salon des Vacances et Loisirs de La Louvière, l’association est présente également au 40ème Salon des Vacances et Loisirs de Charleroi, en collaboration avec la Ville de Binche.

          Le 17 août 1997, à l’occasion des 10èmes « Fêtes Romaines », l’ASBL inaugure la salle de projection du Musée. Un montage audio-visuel d’une durée de 40 minutes présente aux visiteurs les travaux archéologiques réalisés sur le site gallo-romain ainsi que les diverses activités de l’ASBL.

          Les visites guidées comprennent dès lors le reportage audio-visuel, la visite du laboratoire de céramologie, du Musée Gallo-Romain et de la première salle réservée au Centre d’Interprétation de la Chaussée Romaine ».

               En 1998, une publication réalisée par Pierre CAPERS « Guide du site et du Musée » est à la disposition des visiteurs.

                       En mars 1999, le Musée participe au « Week-end du Tourisme » et en avril au « Week-end des Villes fortifiées » organisé par la Ville de Binche.

               Dans le cadre du 30ème anniversaire de l’association, en 1999, des fêtes romaines de grande envergure sont organisées les 25 et 26 septembre sous le nom de « Vodgoriacum 99 ».

          Au programme de ces deux journées, notamment : des légions romaines (« LEG XXII PRIMIGENIA » de Bavay et « LEGIO X GEMINA » des Pays-Bas), la « Garde Principautaire de Liège », les Ménestrels de Mordini », un théâtre antique avec l’ « Atelier-Théâtre de Binche-Estinnes », la cavalerie romaine et les combats de gladiateurs avec « Les Baladins de la Vallée d’Argent »,  des courses de chars avec « les Frères Maubec », … Ces journées de fête avec la présence de nombreux artisans, des animations (pentathlon, jeux romains de société, costumes romains,…) se sont terminées de façon grandiose avec un spectacle pyrotechnique, son et lumière avec feu d’artifice.

          Les animations, et notamment les jeux romains et le pentathlon, seront reprises au programme des fêtes romaines des années suivantes.

               En février 2000, notre participation et notre exposition au Salon des Vacances et de Loisirs de La Louvière ont été rehaussées par la présence, sur notre stand, de la Légion Romaine de Bavay avec défilé, prestations de l’armée et animations diverses.

          Notre association participe également à deux expositions par le prêt de photos et d’objets ; « Bois-du-Luc, la romaine » au Musée de la Mine à Bois-du-Luc, et « Balades au Pays de Binche » à l’Office du Tourisme de Binche.

          La même année, le laboratoire de céramologie est transféré au premier étage du Musée.

               Les traditionnelles « Fêtes Romaines » d’août 2001 sont marquées notamment par l’inauguration officielle de la salle consacrée au Centre d’Interprétation de la Chaussée Romaine. Côté spectacle, elles sont assurées par la  légion « LEG XXII PRIMIGENIA » de Bavay, accompagnée des « Vestales » et de danses par des « Belles Bacchantes du Bavaisis »; La soirée sera animée par « Les Ménestrels de Mordini » et une présentation de quelques extraits du spectacle « Télé Romana ».

           « Télé Romana » est un spectacle en deux actes produit par l’ASBL STATIO ROMANA et la troupe « Alternatives » de l’ « Atelier-Théâtre de Binche-Estinnes ». Le spectacle complet est présenté le 20 octobre 2001 au Théâtre communal de Binche et le 30 mars 2002 à la Salle des Fêtes de Bavay en France.

               Joignant culture et gastronomie, l’association organise, en juillet 2003, en collaboration avec la Ferme de la Princesse, un week-end d’activités au Musée ainsi qu’un souper à la Ferme.

          Lors des fêtes romaines, le projet d’extension des locaux de l’ASBL est exposé au public. Les plans et la maquette sont présentés par l’architecte.

               Le 17 août 2003, le programme des expositions s’est particulièrement intensifié par le vernissage de deux expositions temporaires au Musée : « Animaux et assiettes : vestiges d’un banquet rituel ? » et « L’homme de Vodgoriacum. Etude des restes humains de la nécropole ».

          Dans le cadre du colloque et de la journée consacrée au « Bilan de cinq années de fouilles en Hainaut occidental », deux communications d’études récentes (le puits et la nécropole) sont présentées au Palace à Ath. Du matériel archéologique provenant du puits et de la nécropole de Waudrez sont prêtés pour l’exposition « L’Archéologie en Hainaut occidental et Bilan de cinq années de fouilles 1999-2003 » à l’Espace Gallo-Romain de Ath.

          La publication des résultats de ces études (« Fouilles archéologiques de 1983 à 1985 sur le site de Vodgoriacum à Waudrez : puits et nécropole ») paraîtra en août 2005 dans le bulletin de la Fédération des Archéologues de Wallonie (« Vie Archéologique » n° 60-2003).

          L’étude et la publication des résultats ont été possibles grâce au travail d’étudiants et de collaborateurs scientifiques.

          En octobre, une conférence de presse est organisée par la F.A.W., aux Musées Royaux d’Art et d’Histoire à Bruxelles, et la publication « Vie Archéologique » dans laquelle se trouve un rapport d’activités de l’ASBL relatif à 10 années de fouilles est présenté au public.

               En août 2004, l’asbl STATIO ROMANA , son musée Gallo-Romain et son Centre d’Interprétation de la Chaussée Romaine, trouve enfin sa place sur Internet.

          Le bulletin d’information désormais sur format A4 devient semestriel,

               En novembre 2005, des photos de découvertes réalisées sur le site gallo-romain sont prêtées pour l’exposition « Waudrez, visages d’hier et d’aujourd’hui »
à l’ancienne maison communale de Waudrez.

               L’année 2006 est marquée principalement par les expositions.

          De juillet à octobre, le Musée accueille une exposition réalisée et coordonnée à l’initiative, entre-autres, de la DGATLP, du Ministère de la Région Wallonne, etc… ;  elle sera également installée dans les cinq plus grands sites : Bavay-Waudrez-Liberchies-Braives-Tongres. Cette exposition « 145 km d’héritage » est consacrée à la voie romaine Bavay-Tongres dans son paysage actuel, illustrée au travers d’un reportage photographique de Guy FOCANT.

          A partir du mois d’août, une exposition réalisée par Pierre CAPERS et intitulée « La Citoyenneté en Belgique romaine » et accompagnée d’un catalogue s’inscrivait particulièrement bien dans le thème des « Journées du  Patrimoine » de septembre 2006 « Patrimoine et Citoyenneté », où le public fut particulièrement présent.

          De janvier à avril, un fragment de gobelet en céramique, marqué d’un graffito d’alphabet romain, est prêté au Musée Royal de Mariemont pour leur exposition « Alphabet(s) ».

               En mai 2007, le Musée participe à la journée du « Printemps des Musées » et participera d’ailleurs aux éditions suivantes. En août 2007, une nouvelle exposition voit le jour et est présentée par Pierre CAPERS aux visiteurs du Musée. Composée de panneaux didactiques, de mannequins et d’un catalogue, elle a pour thème « La Mode à Rome ».

               A la demande de la Région Wallonne, un marcheur, Henri LURKIN, parti de Tongres le 21 juillet 2008 pour rejoindre Bavay a fait l’expérience de ce trajet
en empruntant la « Chaussée Romaine » et en faisant une halte dans chaque vicus : Tongres, Gembloux, Liberchies, Waudrez et Bavay.
Il a gardé un bon souvenir de son accueil sur les différents sites et particulièrement à Vodgoriacum par Philippe DEKEGEL où de très bons contacts ont été noués.

          En juillet 2008, sous la houlette dévouée de Gilles MILLECAM, la  STATIO ROMANA va enfin disposer du site internet qu’elle mérite.

Aidé de Philippe DEKEGEL, Franz ANSIEAU et Chantal WERY, les nouveaux sites www.statioromana.org et www.viaromana.org marqueront distinctement les activités propres au site de Vodgoriacum et celles consacrées à « la Chaussée Romaine » . Les sites seront enfin complétés et réactualisés régulièrement.                                      

          Exceptionnellement en 2008, les « Fêtes Romaines » ont eu lieu les 13 et 14 septembre, en même temps que les « Journées du Patrimoine » et toujours avec les animations et la participation active des légionnaires de Bavay LEG XXII PRIMIGENIA.

               En 2009, lors de la célébration du 40ème anniversaire de l’association, on notera la participation active de la Station Romana au « Printemps des Musées » en mai ainsi qu’aux fêtes romaines de Bavay en juillet.

          Comme depuis 15 ans, les traditionnelles « Fêtes Romaines » d’août ont été rehaussées par la présence des légionnaires de Bavay.

          Une nouvelle exposition consacrée à la mosaïque est mise sur pied par Pierre CAPERS.

          Marquant toujours le 40ème anniversaire de l’association, 3 conférences sont organisées en fin d’année :

          – Mosaïques d’un empire par Pierre Capers
          – Présentation du Vicus de Vodgoriacum et des tombes à incinération par Cécile ANSIEAU
          – L’arnachement du cheval à l’époque romaine par Pierre DRUGMAND

                    Outre les traditionnelles fêtes romaines et l’organisation d’une exposition consacrée aux animaux domestiques à l’époque romaine, l’année 2010 sera en fait une sorte d’année “pivot”.

Soucieux de sortir d’une véritable “routine”, désirant s’extirper de l’ornière inévitable de l’habitude et de la complaisance, une profonde restructuration s’imposait. Les membres de la Station Romana marquaient de manière positive leur intention d’insuffler à l’association un souffle nouveau et constructif.

Ainsi, 2011 se voit consacrée à :

– une réorganisation du laboratoire de céramologie

– l’organisation d’une meilleure mise en valeur des collections exposées au musée

– un suivi particulier des publications par le biais du bulletin d’information

– un contact accru avec les associations sœurs et les initiatives internationales.

Sans oublier de mentionner les activités habituelles de l’association : l’ouverture du Musée au public, les visites guidées pour les groupes scolaires et divers, les réunions d’atelier de laboratoire de céramologie, la participation aux activités extérieures, les travaux d’extension du Musée, les « Produits du Vodgoriacum », …

          En ce qui concerne les bâtiments de l’ASBL, la restauration se poursuit tout au long de l’année. Les travaux d’extension relatifs aux locaux techniques et de maintenance (l’atelier, la salle de matériel et le garage) sont en cours de réalisation.

Et pour faire tourner tout cela … telle une fourmilière, des centaines de membres ont apporté régulièrement l’aide bénévole indispensable.

 Ponctuelle pour certains, elle fut périodique pour d’autres qui se sont souvent dévoués sans merci.

 L’association dispose en permanence d’un noyau de bénévoles, de membres attentifs à l’évolution constante de l’association, d’un personnel APE (ouvrier et employée) ainsi que de l’aide d’étudiants et de collaborateurs scientifiques.

L’association dispose aussi de la sympathie de plusieurs milliers de personnes qui, depuis 1969, ont marqué un intérêt croissant à l’ensemble de ses activités.

 Quant au chef de la bande …heureux et surpris peut-être d’avoir réuni tant de monde, de toutes nationalités, autour d’un petit caillou, il se demande encore ce
que vous attendez pour venir rejoindre une équipe qui se veut délibérément dynamique… Vous avez notre adresse…

N’hésitez pas à nous rejoindre…